Koh-Lanta : des conditions d'hygiène insupportables !

On savait que Koh-Lanta n’avait rien d’un voyage au Club Med. Mais dans les colonnes du "Parisien", deux candidates témoignent du manque d’hygiène et de conditions de vie à la limite de la dignité humaine...

En lisant"Le Parisien"ce matin, Marine Lorphelin, alias Miss France 2013, qui annonçait fièrement il y a quelques jours son désir de participer à Koh-Lanta, révisera peut-être ses paroles. Camille et Marylou, deuxaventurières de la saison 12,sortent de leur silence (et de la clause de confidentialité?) et confient, plusieurs mois après leur retour en France,les conditions de vie difficiles des candidats. On savait que sur Koh-Lanta, les bons petits plats n’étaient pas au programme des épreuves... mais en plus d’être au régime sec, les aventuriersdoiventcomposeravec des conditions d’hygiène assez déplorables.

Ceux qui pensaient s’offrir 40 jours de vacances au paradis ont été servis. A la place, ils ont connu la vie de Robinson. Pas d’eau courante ni de toilettes. "Il fallait creuser un trou", explique Camille, qui ajoute que, faute de sanitaires, c’est dans le sable qu’elles enterraient leurs tampons hygiéniques. Dans la trousse à pharmacie fournie par la production, il y avait ni savonni brosse à dents. Question détails, Marylou n’est pas avare en précisions: "Une fois, j’ai fait un gommage avec du sable", raconte la jeune femme, qui ajoute que "avec la saleté, (ses) cheveux tenaient tout seuls". Glamour encore et session épilation pour Maylou qui a été bien inspirée d’aller chez l’esthéticienne avant son départ. "Quand mes poils ont repoussé, je baissais les bras dès qu’il y avait une caméra", explique la jeune femme, qui a pris soin de préserver un peu son image...

Après ces témoignages édifiants, les prochains participants de Koh-Lanta sont prévenus... Bien que des préservatfis soient fournis par la (...) Lire la suite sur CloserMag.fr

Enora Malagré, élue femme la plus craquante de la télé
Une tournée et un film : Johnny en fait-il trop ?
Vincent Pérez : Gérard Depardieu est dans la loi