Masterchef 2: Les maîtres du suspense

Douze semaines d'aventure. C'est aujourd'hui que commence Masterchef 2. L'émission culinaire de TF1 qui est selon moi bien moins intéressante que Top Chef, mais on va donner une nouvelle chance à ce programme et à ces 100 candidats. Même si le premier commentaire d'un membre du jury me laisse perplexe: "Ce plat, c'est miam-miam". Tout commence par un préambule avec une voix off digne d'un film de Bruce Willis. Les premières images montrent le jury lors des premières sélections.

Frédéric Anton, Yves Camdeborde, Sébastien Demorand qui heureusement n'est pas le Demorand co-directeur du journal Libération sont les stars de l'émission. Ils ont retenu les 100 meilleurs cuisiniers amateurs de France sur 24 000 candidats. 24 000, c'est énorme. La mode des concours de cuisine prend beaucoup trop d'ampleur. Tout le monde se prend pour Cyril Lignac, c'est affolant. Le concours commence vraiment dans la plus grande cuisine de France. Un hangar surdimensionné avec 100 plans de travail et une Carole Rousseau. Une fois les présentations faites, un rideau tombe sur une épicerie monumentale. Tout est dans la démesure et les candidats sont là pour le souligner. On enchaîne donc les plans sur des candidats qui n'en reviennent pas et utilisent tous les adjectifs de leur vocabulaire. C'est l'heure du premier exercice. Le thème: cuisiner un ingrédient au Barbecue. Cet ingrédient est un poulet. Il n'a pas été déplumé ni préparé. A la fin de l'épreuve, seuls 50 candidats sur les 100 seront retenus.

Que vont-ils devenir?

Premier portrait, Katia. Cette jeune femme de 24 ans veut reprendre le bar-brasserie de ses beaux-parents. Un beau challenge! Mais on n'en saura pas plus sur ces compétences ou sa recette préférée. Dommage. TF1 mise tout sur l'humain et moins sur la cuisine. On le comprend au bout de 10 minutes d'émission. Même si Yves Camdeborde explique comment découper des filets de poulet, on reste sur notre faim (oui moi aussi, je fais des jeux de mots culinaire). L'épreuve est terminée. Les 3 jurys vont goûter 100 assiettes. On comprend mieux pourquoi Frédéric Anton a pris 15 kilos l'année dernière.

Deuxième portrait. Olivier est chef d'entreprise et il aime voir les sourires "béants" (sic) sur le visage des gens pour qui il cuisine. S'il ne maîtrise pas la langue française, Olivier a séduit le jury. Et il n'est pas le seul. Globalement, les candidats ont réalisé de bons plats à base de poulet et Frédéric, Yves et Sébastien sont heureux. Les 3 ont sélectionné un coup de cœur. On découvre Jeff, Claire et Bernard. Des candidats dont on reparlera sûrement. Les 50 candidats sont retenus. Il ne reste plus que deux places, la réalisation fait monter la pression. Cinq minutes qui ne servent à rien pour du suspense dont on se moque un peu, puisque le téléspectateur n'a pas eu le temps de découvrir les candidats. Mais l'essentiel c'est la tension, je vous rappelle la grande question: "Que vont-ils devenir?" Cinquante candidats quittent déjà l'aventure. Pourquoi le jury n'a pas sélectionné directement 50 candidats.

Des candidats dans les choux

C'est le deuxième jour des épreuves. Là encore, beaucoup de cuisiniers amateurs vont jouer gros. Il restera 30 candidats. Tous doivent pour l'instant reproduire un Saint-honoré. Troisième portrait, Fabrice. Ce chauffeur-livreur sympathique veut quitter son métier comme beaucoup d'autres candidats, mais il panique un peu à l'idée de reproduire une pâtisserie. Un bon cuisinier n'est pas toujours un bon pâtissier. Le défi est de taille, le Saint-honoré doit en plus selon Sébastien Demorand être léger. Détail important à souligner, les candidats ont la recette. C'est bien là qu'on voit qu'on est dans un autre monde que celui de Top Chef. La compétition est intense. Claire pleure pour 3 grammes de sel qu'elle ne parvient pas à peser. Cette avocate de 36 ans a, vous l'aurez deviné, envie de changer de métier, mais pas sûr qu'elle ait les nerfs pour survivre dans une cuisine. On enchaîne avec un serveur qui veut devenir barman. Karim, 20 ans a l'air passionné et vraiment talentueux. Sa détermination séduit le jury. Xavier lui n'a jamais cuisiné un seul gâteau. Il peine donc à réussir un beau Saint-honoré. Ce coiffeur de 39 ans est chasseur. Il s'est mis à la cuisine pour préparer le gibier.

Quand le jury passe devant les candidats, on a l'impression d'assister à des entretiens d'embauches. Car ils veulent savoir ce qu'ils vont devenir. Les candidats essayent de séduire, de prouver leur motivation avec les mots plus qu'avec le fouet. C'est l'une des difficultés de l'épreuve, fouetter pour la crème pâtissière, la chantilly. Avant de monter les choux, autre problème, préparer le caramel. Carole Rousseau en profite pour faire des jeux de mots: "Certains candidats sont dans les choux". Quel talent! Fin de l'épreuve. Les Saint-honoré ne sont pas tous magnifiques. Celui de Cyril en particulier.

Pour les délibérations, les femmes sont en tête, largement. Comme quoi c'est utile de préparer des gâteaux pour ses enfants. Élizabeth ne dira pas le contraire, selon Sébastien Demorand c'est elle qui a réalisé le meilleur. C'est maintenant l'heure des 5 minutes suspense qui ne servent à rien. "Il ne reste plus que 5 places" déclare Carole Rousseau. "Plus que deux places". Et ensuite à la surprise générale, "29 candidats ont été appelés, il ne reste plus qu'une place à prendre". Merci la voix off angoissante. Page de pub. C'est l'heure du fromage pour la troisième épreuve. Cinq candidats seront éliminés. Les candidats sont répartis en équipe de 5 et doivent désigner un chef qui déterminera le fromage à sélectionner. A partir de ce fromage, chaque équipe devra réaliser deux recettes dont un dessert. A l'issue de l'épreuve, une équipe sera éliminée.

Ne pas en faire un fromage

Dans l'équipe rose, Feryal n'est pas contente que Wilfried ait été nommé chef et le fait comprendre. Elle passe les premières minutes de l'épreuve à remettre en cause les décisions. Mais dans chaque équipe, la compréhension est compliquée. Il faut se mettre d'accord sur les recettes avant de faire les courses sur le marché. Sur les plans de travail aussi l'entente n'est pas toujours cordiale. Olivier, le chef d'entreprise de 45 ans ne vit pas très bien d'être un temps le commis de Jeff qui n'a même pas 30 ans. Dans l'équipe violette, Sabrina perd patience. L'assistante de direction veut devenir chef, mais il va falloir se battre quand on voit le portrait de Bernard. Le chef de l'équipe marron est ébéniste et il semble avoir du talent. Autant que le juré Yves Camdeborde? Sûrement pas, mais la recette que présente ce dernier en exemple pour le dessert au fromage ne me donne pas du tout envie. Le chef étoilé a préparé des pruneaux fourrés à la fourme d'Ambert. Je ne suis pas sûr de choisir ce plat sur une carte. A l'inverse, certaines préparations des candidats sont alléchantes. Ce n'est pas Top Chef, mais ça à l'air meilleur que chez ma tante.

Les jurés commencent les dégustations. L'équipe verte semble déprimée. Karim se voit déjà rentrer chez lui. Il estime qu'il y a eu des problèmes d'entente pendant l'épreuve et qu'il ne peut pas présenter ces deux plats. L'équipe orange avait un avantage en cuisinant l'Ossau, un fromage basque se marie bien avec les fruits rouges. L'équipe violette n'en revient pas. Les deux plats à base de Chabichou sont simples et appréciés. J'avoue que j'aurais bien croqué dans le chabichou au pain d'épices. L'équipe rose a travaillé le Roquefort dans un encornet. L'encornet n'est pas cuit, le roquefort n'est pas assez présent. Feryal saute sur l'occasion pour se plaindre à nouveau de Wilfried. L'équipe jaune a travaillé le Charolais et le chef Jeff a bien géré son équipe puisque les jurys sont très contents. Seul bémol, le dessert est assez basique. Du côté de l'équipe marron, le plat est loué, le dessert beaucoup moins. Enfin l'équipe verte avance ses deux assiettes. Karim fait la tête et ne défend pas les plats de son équipe, mais les chefs sont finalement séduits.

21 candidats pour l'atelier

C'est l'heure des délibérations. Impossible de savoir quelle équipe quittera l'aventure? Ca tombe bien, c'est presque le principe de l'émission. TF1 va pouvoir faire monter le suspense. On commence par la meilleure équipe. Je vais essayer de vous donner les résultats plus vite. Donc au final le classement des équipes: 1. Orange, 2. Jaune, 3. Violette, 4. Marron, 5. Verte, 6. Rose. Pendant le verdict, Yves Camdeborde a le temps de rappeler ce qui sera sûrement la devise des candidats jusqu'à la fin du programme: "La cuisine sans cuisson, ce n'est pas de la cuisine".  

Finalement, c'est donc l'équipe rose de Wilfried et Feryal qui est éliminée. Les larmes coulent. Il faut encore éliminer cinq candidats avant de rentrer dans l'atelier. C'est l'ultime épreuve de la grande cuisine, l'épreuve de la boîte mystère. C'est à prendre ou à laisser, mais Arthur n'est pas là pour présenter. Les candidats sont heureux. Dans les boîtes, ils retrouvent les ingrédients de leur plat fétiche. La consigne, ne pas créer. La dernière épreuve est finie. Chaque candidat passe devant le jury. Aucun plat ne fait l'unanimité. Le jury décide de finalement choisir 21 et non 20 candidats. Seulement 4 personnes seront éliminées. Le premier sélectionné est Jérôme, étudiant en diététique. Il est tellement ému, qu'il "s'effondre sur soi" selon ses propres termes. Sabrina est également dans l'atelier. Suivent Matthias, Claire, Nathalie, Bernard, Ilam, Marine, Fabrice, Katia, Bruno, Louisa, Elizabeth, Xavier, Mélanie, Jeff, Colin, Karim, Emilie, Olivier. Retenez bien ces noms. On va les suivre pendant douze semaines, et dans le lot, il y a peut-être le nouveau... Comment il s'appelle déjà celui qui a gagné la saison dernière. TF1 diffuse dans la foulée le programme: Masterchef 1: Que sont-ils devenus? Tout cela m'aidera peut-être à retrouver la mémoire.