Koh-Lanta : retournement de situation

On ne dirait pas mais Namadia est contentOn peut dire beaucoup de choses des candidats de Koh-Lanta de cette année : ennuyeux, pas aventuriers, ayant le charisme d'une mouche morte... Tout ce que vous voulez, je vous l'accorde. Mais il y a une chose que l'on ne peut pas leur enlever : leur capacité à retourner les situations. Depuis deux semaines, Koh-Lanta est devenu un étonnement permanent. Déjà la semaine dernière, l'élimination de Marie avait été un choc total. Un choc plutôt agréable en ce qui me concerne, mais un choc quand même. Et cette semaine, la bataille qui s'est jouée entre Javier et Namadia lors du conseil était juste épique.

Javier éliminé

Si vous n'avez pas suivi l'épisode de ce soir et que vous vous demandez comment Namadia et Javier ont pu se retrouver face-à-face lors du conseil, sachant qu'ils viennent d'équipes concurrentes, l'explication est simple : les deux camps ont été réunis. Je vais tuer le suspense tout de suite, ne me fouettez pas : Javier a été éliminé. Oui, vous pouvez danser de joie, j'ai moi-même exécuté quelques pas de carioca pour fêter ça. Mais on ne peut pas le nier, c'est un retournement de situation. Analysons comment ce petit miracle de Noyël a pu se produire, voulez-vous.

Je dis miracle parce qu'au début de l'épisode, Namadia semblait condamné. Lors de la réunification, il était clairement devenu l'homme à abattre des (anciens) jaunes, qui étaient tout aussi clairement en supériorité numérique. Quand on sait que Javier était un peu le leader des jaunes et qu'il s'était fait un devoir de bouter Namadia hors de Malaisie, les jeux semblaient faits. C'était sans compter sur la véritable tempête qui attendait tranquillement son heure pour tout faire exploser au sein de l'équipe. Le leadership de Javier n'était qu'un leurre. En réalité, nombreux étaient les jaunes qui n'osaient pas se rebeller de peur des représailles et qui n'attendaient que de se rallier aux rouges.

Un conseil sous haute tension

En fait, tout a pété lors du conseil. La raison pour laquelle j'aime beaucoup Namadia, c'est que sous des airs un peu benêts, il réfléchit beaucoup et n'hésite pas à ouvrir son clapet quand quelque chose ne lui plaît pas. Javier ne lui plaît pas et il n'a pas hésité à le dire, pointant en même temps du doigt le comportement choquant des jaunes. Et je suis de son avis. Alors que les jaunes avaient quatre kilos de riz, ils ont décidé de ne plus en laisser une miette juste avant la réunification. Exprès. Je suis désolée, on ne plaisante pas avec la bouffe, jamais. JAMAIS. Bref, les jaunes l'ont mal pris et j'étais sûre qu'ils allaient éliminer Namadia. Mais le petit malin a dégainé son collier d'immunité juste au bon moment. Et grand bien lui en a pris puisque cela a permis d'éliminer Javier. Tel est pris qui croyait prendre, petit polisson.

Un gros retournement de situation, donc. Le plus gros de l'épisode. L'autre événement a bien évidemment été l'élimination d'Anthony. Quelle tristesse, les enfants, quelle tristesse. Anthony s'est pratiquement sacrifié pour son équipe, et Bernard était même prêt à partir à sa place. Tout ça à cause d'un vulgaire tirage au sort. J'ai failli pleurer. A la place, j'ai copieusement traité Javier de tous les noms de troglodytes que j'ai pu trouver. Enfin, justice est rendue, c'est déjà ça. La semaine prochaine, n'oubliez surtout pas de ne pas manger trop copieusement avant l'épisode, ce sera une spéciale dégustation de nourriture trop vivante pour être honnête. Denis a promis que ce serait inédit. Si ça se trouve, Kim Jong-Un aura capturé une licorne spécialement pour l'occasion. Ce serait dommage de louper ça.

Solène