Koh Lanta : larmes et émotion

Photo über cool qui n'a aucun rapport avec le texteNoël approche, période du partage, des illuminations et de la neige fraîche. Certains craignent déjà la réunion de famille où tante Berthe chantera l'hymne national en chinois après trois verres de Pinot et d'autres comme moi s'émerveillent de tout. Noël a cette particularité de me mettre dans un état de perpétuelle bonne humeur. D'habitude, dans Koh-Lanta, l'équipe rouge me met les nerfs en pelote avec cette manie qu'ils ont de toujours perdre. Cette semaine, même pas. Il faut dire qu'ils ont enfin gagné l'épreuve d'immunité. Pas celle de confort mais j'ai perdu l'espoir de les voir faire le combo gagnant avant la réunification. C'est bientôt Noël mais quand même.

Coup de téléphone à un proche

Et puis il faut dire qu'il s'est passé un tas de trucs sympathiques dans l'émission de ce soir. Si vous le voulez bien, imaginons aujourd'hui Koh-Lanta comme un grand champ de pâquerettes où galoperaient un tas de petits poneys roses. Enfilez vos oeillères, je commence. Certes, les rouges ont perdu l'épreuve de confort. Mais la cruelle expérience de la vie nous a appris que le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres. Les jaunes ont donc pu profiter de la célèbre récompense dite du coup de téléphone à un proche. Dit comme ça, ça fait un peu Jean-Pierre Foucault mais tout le monde aime JP.

Sans rire, c'était une grande vague d'émotions, que dis-je, un tsunami. Moi-même, j'ai discrètement retenu mes larmes. Faux. Quand Camille a eu son papa au téléphone, je me suis transformée en fontaine. Quand Charles s'est lancé dans une déclaration enflammée pour sa petite-amie (on était à la limite de la demande en mariage), j'avais déjà utilisé trois mouchoirs. Je ne vous parle même pas de Javier, Philippe ou Vanessa qui ont eu leurs enfants en ligne. J'ai les hormones qui me chatouillent. J'ai même eu un pincement au coeur en voyant la tristesse des rouges qui sont rentrés bredouilles. J'avais envie de leur envoyer des coeurs en pain d'épice.

L'étrange stratégie des jaunes

Autre grand moment, celui où Namadia a (enfin) trouvé le collier d'immunité. Je ne sais pas pourquoi mais je l'aime bien ce type. Il a vraiment la trempe d'un chef d'équipe. Et puis il est drôle. Le genre à dire "C'est comme dans les jeux vidéo, j'ai une vie" en trouvant le collier. Allez savoir pourquoi, j'ai ri. Et puis pour une fois, les rouges ont fait un vrai travail d'équipe pendant l'épreuve d'immunité et ça a payé. Et franchement, c'est plutôt cool.

Par contre, je suis restée perplexe devant les stratégies des jaunes. Je ne prends presque jamais de notes pendant les émissions, mais là j'ai sorti mon petit calepin. Même quand je me suis relue, c'était incompréhensible. J'essaye quand même. En gros, Marie a promis à Vanessa l'élimination de Charles et vice-versa, seulement ils s'en sont rendus compte. Pas contents. Pour s'expliquer, Marie a tout mis sur le dos de Javier, qui est censé être l'un de ses alliés. Charles s'embrouille avec Javier. Javier pas content. Mais alors pas du tout. D'un autre côté, il y a Camille qui n'en rame pas une sur le camp et qui est consciente qu'elle commence à courir sur le haricot de tout le monde. OUI MAIS Catherine et Vanessa complotent pour faire éliminer Marie. Camille est donc déçue par leur comportement. Vous suivez toujours (parce que moi pas) ? Et en fin de compte, contre toute attente, c'est Marie la sournoise qui a été éliminée. J'ai beau n'avoir rien compris à ce que j'ai écrit, l'élimination de Marie reste une bonne nouvelle supplémentaire à intégrer dans ce résumé.

Semaine prochaine, réunification. Je sens que ça va lyncher sévère dans le camp, je préfère donc rester dans ma bonne humeur pour ce soir. Je vous envoie des petits coeurs en pain d'épice et n'oubliez pas de prier pour un monde sans guerre et sans Star Academy en regardant Miss France demain soir. En plus, y'aura Jean-Pierre Foucault.

Solène